Nous joindre

Église protestante Unie

21, rue Élisée Reclus

42 000 Saint-Étienne

 

téléphone:04.77.32.76.78

e-mail: acersef@free.fr

 

Suivez-nous

Faut-il désespérer ?

Éditorial par Vincent Christeler, pasteur

Cette question, certes un peu brutale et volontairement provocante, est au cœur d’un certain nombre de discussions que j’ai pu avoir avec certains d’entre vous. Notre consistoire, dont les contours correspondent à ceux du département de la Loire, a une dotation théorique de quatre pasteurs (même si le nombre maximal est cinq) ; or depuis quelques années, nous n’étions plus que deux, et à partir de cette rentrée nous sommes un… Est-ce tenable ? Je vais être franc : je n’en sais rien, nous verrons ! Il y a toutefois une bonne nouvelle, puisque nous savons qu’un pasteur a été nommé à Saint-Chamond et qu’il y prendra ses fonctions en juillet 2020. Donc une lueur d’espoir… il faut tenir jusqu’en juillet, et rien n’interdit d’espérer qu’une autre nomination arrive d’ici là ! Sauf que…

Sauf que, dans notre spiritualité, ce ne sont pas les pasteurs qui font l’Église ! Le développement, la résistance et la survie de nos Églises ont toujours été dus à l’ensemble des membres de nos communautés (dont les pasteurs font, bien évidemment, partie). De plus, entretenir des pasteurs (ou des bâtiments) n’est pas le but de nos Églises : la raison d’être de nos communauté est d’annoncer l’Évangile, de célébrer Dieu, de se soutenir mutuellement sur un chemin de foi, d’amour et d’espérance.

Or la foi, c’est la réalité de ce qu’on espère, l’attestation de choses qu’on ne voit pas (Hébreux 11 :1). Nous savons que, durant cette année, notre Église continuera son chemin avec fidélité ; nous le savons, non pas parce que cela est évident, mais parce que nous avons placé notre confiance dans celui qui est le chef de l’Église : Jésus le Christ. Cette année demandera un effort supplémentaire à chacun et chacune, mais la promesse que nous avons reçue est celle de la présence de Dieu en Jésus-Christ à nos côtés, pas celle que tout serait facile !

Alors pour répondre à la question qui figure en titre de cet éditorial, non, bien sûr, il ne faut pas désespérer, mais au contraire, espérer davantage pour cette année que pour toutes les autres… Ce que nous pouvons vivre comme une faiblesse peut être l’occasion d’une manifestation de la grâce de Dieu : Dieu m’a dit : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Je mettrai donc bien plus volontiers ma fierté dans mes faiblesses, pour que la puissance du Christ repose sur moi. Aussi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les désarrois, dans les persécutions et les angoisses, pour le Christ ; en effet, c’est quand je suis faible que je suis fort (2 Corinthiens 12 : 9s).

Site de l'Église Protestante Unie de Saint-Étienne et Forez.

Se connecter